Archives de l’auteur : nanie

isolation themique des murs extérieurs

Focus sur l’isolation thermique par l’extérieur


isolation themique des murs extérieurs

L’isolation thermique par l’extérieur est la solution idéale pour accroître les performances énergétiques d’un logement. C’est aussi la meilleure option pour se plier aux exigences de la Réglementation thermique 2012 et aux normes BBC.

Quels sont les avantages de l’isolation thermique par l’extérieur ?

Isoler un mur par l’extérieur consiste à appliquer un matériau isolant sur la façade extérieure d’un bâtiment. Ce matériau est ensuite recouvert d’un revêtement pour le protéger et pour l’aspect esthétique final. Les avantages offerts par l’isolation thermique ne sont pas négligeables :

  • Elle permet de supprimer les ponts thermiques de manière conséquente tout en réduisant les dépenses en chauffage.
  • Elle garantit l’étanchéité de l’air et contribue à l’amélioration du confort thermique en toute saison.
  • Toujours sur le plan du confort, elle préserve la superficie habitable. Peu intrusifs, les travaux ne nécessiteront pas le déménagement des occupants.
  • Ces travaux ne requièrent pas le remplacement des réseaux électriques ou les canalisations diverses.

 

À quel moment entreprendre les travaux d’isolation des murs extérieurs ?

Les travaux d’isolation thermique par l’extérieur peuvent être entrepris dans le cadre d’un travaux de ravalement de façade. C’est un moyen de faire d’une pierre deux coups en effectuant les travaux en une fois. Isoler un logement par l’extérieur ne concerne pas uniquement les murs.

Le toit, ainsi que les fenêtres et les portes doivent également bénéficier d’un même traitement. Tous ces éléments sont des sources de déperditions thermiques plus ou moins importantes.

Quelles sont les réglementations à respecter ?

Toutefois, avant d’entreprendre les travaux, il est important de se renseigner auprès de la mairie concernant le Plan local d’urbanisme. En effet, certaines communes n’autorisent pas l’isolation thermique par l’extérieur en raison des modifications esthétiques qui peuvent en découler.

Si le bâtiment concerné est situé dans une zone protégée, le propriétaire doit au préalable consulter l’architecte des bâtiments de France qui mènera une étude de faisabilité avant de donner son aval.

Comment réaliser les travaux d’isolation par l’extérieur ?

Il existe plusieurs options d’isolation par l’extérieur comme l’isolation sous bardage, sous enduit, par kits de vêture, par collage, ou sur rails. Cependant, le choix se fera en fonction du type de façade. Il faut savoir que les façades des maisons construites avant 1948 sont fabriquées à partir de matériaux naturels tels que le calcaire, le granit ou encore la pierre de taille. Ce sont des murs respirants qui laissent passer la vapeur d’eau de l’intérieur vers l’extérieur. L’équilibre hygrothermique doit être respecté au même titre qu’une bonne ventilation.

Pour les constructions postérieures à 1948, les supports sont plus industrialisés, tels que le béton. Ce sont des matériaux qui empêchent la vapeur d’eau de passer, favorisant la condensation. Bien que simple à isoler, le choix des matériaux isolants doit être fait avec précaution dans cette condition.

  • L’isolation thermique extérieure sous bardage

L’isolation extérieure sous bardage est une méthode où l’isolant est fixé à l’aide d’une armature métallique ou en bois. Ce matériau est collé entre le mur et un revêtement en bois ou en PVC selon les envies. Pour éviter l’accumulation de l’humidité, une lame d’air ventilée est laissée entre les deux parties.

Cette solution convient à tous les types de façades, car elle convient même aux murs non plans. Cependant, cette technique n’est pas adaptée aux façades dotées de balcons, de débords ou de parois vitrées. En cas de remontée capillaire, il est indispensable de traiter le soubassement pour que l’humidité ne compromette pas les propriétés isolantes du matériau.

  • L’isolation des murs sous enduit

L’isolation des murs sous enduit est une technique très couramment utilisée en France. Elle comprend la pose collée de l’isolant. La mise en œuvre de cette technique n’est autorisée qu’avec les isolants en polystyrène expansé, graphité, ou encore en fibre de bois. La pose s’effectue sur des rails sur lesquels est fixée une trame. On applique ensuite deux couches de sous-enduits terminés par un enduit de finition.

  • L’isolation par kits de vêture

L’isolation par kits de vêture est principalement destinée aux maisons individuelles. Il s’agit d’un matériau se présentant sous forme de plaques préfabriquées recouvertes généralement de plâtre ou d’un autre type d’enduit. Cette technique est encore peu répandue en France, car, encore mal maîtrisée. En cas de mauvaise pose, elle peut être source de ponts thermiques à différents niveaux du bâtiment.

Quels matériaux isolants choisir ?

La nature du matériau isolant dépendra de la nature du matériau de construction et de la technique utilisée. Les isolants minéraux sont disponibles en laine de verre rigide ou semi-rigide ou en vrac. Il est aussi possible d’utiliser de la laine de roche ou des panneaux de perlite expansée. La fibre de bois en panneaux rigides ou souples convient également.

Quelle que soit la technique d’isolation thermique par l’extérieur, il est nécessaire de respecter les performances thermiques minimales imposées par la Réglementation thermique 2012. Chaque isolant présentant des spécificités particulières, il est nécessaire de prendre en compte le climat prévalant dans la région. En effet, le matériau étant en contact direct avec les agressions extérieures et les climats extrêmes de certaines régions, il doit donc avoir des propriétés hygrophiles.

Comment obtenir le crédit d’impôt pour la transition énergétique ?

L’isolation thermique par l’extérieur a un coût. Pour faire face aux frais engendrés par les travaux, les propriétaires peuvent souscrire un crédit d’impôt pour la transition énergétique concernant l’acquisition du matériel et sa pose, et ce, jusqu’à la fin de l’année 2016. Les logements concernés doivent être des résidences principales construites depuis plus de deux ans.

Néanmoins, ce crédit ne peut être accordé pour des travaux d’isolation thermique extérieure comportant un vide isolant. Par ailleurs,  pour pouvoir en bénéficier, les travaux devront s’étendre sur 50 % de la superficie des murs extérieurs. L’entreprise en charge des travaux devra en outre être titulaire de la mention Reconnu Garant de l’Environnement.

Elle devra fournir une facture qui servira de pièce justificative pour le dossier d’obtention du CITE. Ce dernier est cumulable avec d’autres aides telles que la TVA à taux réduit ou l’éco-PTZ. Ces aides supplémentaires influeront sur le calcul du montant du crédit octroyé. Le Trésor Public vérifiera que l’équipement posé est en conformité avec les normes spécifiées par l’arrêté du 13 novembre 2007.

demande-conseil-expert-isolation

copropriete

Les copropriétés et les travaux de rénovation énergétique


copropriete

En matière de rénovation énergétique, les copropriétés sont actuellement à la traîne. Plusieurs problématiques constituent un frein à la réalisation des travaux, parmi lesquels un manque de clarté et la complexité des démarches à entreprendre, entre autres. Pour faire participer les copropriétés au processus de transition énergétique entamé par l’Etat, les formalités administratives ont été allégées.

Les freins aux travaux de rénovation énergétique dans les copropriétés

Entreprendre des travaux de rénovation énergétique pose presque toujours des problèmes dans les copropriétés. En effet, les copropriétaires ont souvent du mal à trouver un terrain d’entente sur les modalités de réalisation des travaux, mais aussi pour le partage des charges en raison de leurs coûts souvent très onéreux.

Pour pallier le problème, de nouvelles dispositions ont été mises en place pour certains travaux d’amélioration obligatoires. Il s’agit des travaux qui permettent de préserver la sécurité du bâti, l’environnement ou la salubrité du logement.

Les modalités de vote simplifiées

Les copropriétaires sont convoqués en Assemblée générale par le syndic pour voter des modalités d’exécution. Les travaux devant être réalisés sur les parties communes devaient précédemment obtenir la majorité absolue, selon  l’article 25 de la loi promulguée en 1969.

Depuis le 19 aout 2015, la loi de transition énergétique a permis de faciliter le vote lors de l’Assemblée Générale. Les travaux pourront être entrepris si la majorité des personnes présente vote pour leur exécution. La majorité simple est donc acceptée.

Les travaux concernés par la loi de transition énergétique

Les travaux concernés par cette loi sont celles qui se rapportent aux travaux visant à réduire la consommation d’énergie de l’immeuble dont les coûts d’investissement pourront être amortis en moins de 10 ans. Les copropriétaires devront également poser des compteurs divisionnaires d’eau, des répartiteurs de frais de chauffage pour permettre à chaque copropriétaire de mesurer ses dépenses énergétiques et de faire en sorte de les réduire pour se plier aux normes établies par les réglementations en vigueur, mais aussi pour participer à son niveau à la lutte contre le réchauffement climatique initiée par l’Etat. Toutes les copropriétés à vocation résidentielles devront en être dotées avant fin 2017.

Les travaux de réduction d’énergie sont obligatoires pour les logements construits avant 1975. En effet, à cette époque, les matériaux isolants n’avaient pas encore atteint les performances thermiques qu’elles ont actuellement. Il s’agissait principalement d’isolants minces, qui, avec le temps se sont tassés, perdant par la même occasion toutes leurs propriétés d’isolation. Les équipements de chauffage et de refroidissement étaient quant à eux énergivores et polluants. L’AG doit donc se réunir pour voter le remplacement de la chaudière existante (en état de marche) par un équipement de chauffage plus économique et pouvant être programmé afin d’en optimiser les capacités.

Le partage des charges inhérentes à l’investissement entre les copropriétaires

A noter que les dépenses engagées pour la mise en œuvre des travaux de rénovation devront être réparties entre les copropriétaires en tenant compte des avantages dont chacun bénéficiera. Toutefois, il peut advenir que certains copropriétaires n’aient pas été pour les travaux, ils peuvent également ne pas avoir participé à l’AG pour une raison ou pour une autre.

Dans ce cas précis, ces derniers, tenus à payer leur quote-part, sont en droit d’exiger un échelonnement de leur paiement sur une période de 10 ans. Les travaux de rénovation énergétique sont des travaux coûteux et souvent longs. Pour y faire face, un emprunt est souscrit. Les copropriétaires n’ayant pas voté pour le projet devront tout de même s’acquitter des intérêts de l’emprunt.

Les aides et avantages fiscaux attribués pour les travaux de rénovation énergétique

Les travaux exécutés au niveau des parties communes sont éligibles à différentes aides et avantages fiscaux, qu’ils soient destinés à améliorer l’habitat, à réaliser des économies d’énergie ou qu’ils soient entrepris lors d’un ravalement de façade qui est souvent combiné avec des travaux d’isolation par l’extérieur.

  • Le CITE

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique ou CITE est octroyé pour les travaux d’isolation thermique, pour l’équipement de chauffage économique ou fonctionnant à l’énergie renouvelable (excluant toutefois les panneaux photovoltaïques par exemple) installé dans une résidence principale.

  • L’éco-prêt à taux zéro copropriétaire

L’éco-prêt à taux zéro, disponible pour les copropriétés depuis le 1er avril 2013, est aussi attribué pour les travaux de réduction d’énergie dans les parties communes des bâtiments construits avant le 1er janvier 1990. Le montant accordé dépend de la performance énergétique globale à atteindre. A noter que l’éco-prêt copropriété complémentaire peut être souscrit individuellement pour les travaux d’amélioration dans les parties privatives.

  • La TVA à taux réduit

Les mêmes travaux réalisés dans les parties communes des immeubles en copropriété à vocation d’habitation peuvent bénéficier d’une TVA à 5,5%.

  • Les aides de l’Anah

Dans le cadre du programme « Habiter mieux » de l’Anah, de nombreuses aides sont attribuées pour l’exécution de travaux de rénovation énergétique réalisés dans les parties communes ou privatives.

La ville de Paris, ainsi que d’autres collectivités territoriales proposent des subventions en complément des aides de l’Anah aux foyers aux revenus les plus modestes.

  • La prime exceptionnelle à la rénovation thermique

La prime exceptionnelle à la rénovation thermique est, quant à elle, une aide du Pouvoir Public dédiée aux revenus moyens pour la réalisation de travaux tels que l’isolation de la toiture. Les demandes peuvent être déposées jusqu’au 31 décembre 2015.

Les différentes étapes de mise en œuvre des travaux

Pour que les travaux de rénovation énergétique puissent être réalisés dans les règles de l’art, toutes les parties prenantes doivent donner leur aval, c’est-à-dire les copropriétaires, le conseil syndical et le syndic. Le Diagnostic de Performance Energétique Collect doit ensuite ètre voté en AG à majorité simple.

Après l’audit, un programme des travaux est de nouveau soumis à l’AG, qui établira un plan de financement. Il faut préciser que la priorité est toujours donnée à l’isolation thermique, suivie par la mise en place de différents systèmes de productions d’énergies renouvelables si les copropriétaires ont voté pour et disposent des fonds nécessaires pour mener le projet à bien.

demande-conseil-expert-isolation

augmentation-prix

La taxe sur l’électricité augmente de 0,5%


augmentation-prix

La réunion publique du lundi 21 septembre était, pour le conseil municipal, l’occasion de prendre plusieurs décisions sur la vie de la commune.

Les décisions sur les loyers des locaux de la commune

Outre la reconduction des loyers de deux locataires de locaux de la commune pour un et deux, le conseil a également déterminé le loyer du cabinet médical installé dans l’ancienne école Irma-Jouenne qui s’élève à 20 400€/an sur 6 ans. Ce fut aussi le moment de faire le bilan de l’opération « l’été à vos côtés ». Ce dernier fait état de la visite de 150 personnes sous la houlette d’Emilie Sapin. A noter qu’il s’agit de la 12e édition.

Les projets immobiliers de la commune

Le conseil a présenté le projet immobilier pour la construction d’HLM par Logiparc et Habitat de la Vienne sur la Vallée Mouton II. La commune a un apport de 13 000€ pour les 21 collectifs prévus et pour 12 000€ pour ceux de la résidence les Arcs de Nexity.

Il faut préciser que la loi exige 30% de logements sociaux alors que la commune de Saint-Benoît n’en dispose pour l’heure qu’environ 14%, raison pour laquelle elle se voit contrainte de payer une pénalité pour non-respect des quotas.  Les divers projets d’aménagements ont aussi été présentés au cours de la réunion publique du 21 septembre.

La revalorisation du coefficient multiplicateur pour améliorer les recettes de la commune

Le maire a proposé une revalorisation du coefficient multiplicateur de 0,5% permettant à la commune d’améliorer la recette sur la quantité d’électricité fournie ou consommée à 10 000 €. Lors du vote, l’opposition s’est abstenue estimant que cette revalorisation pesait de presque 100€ pour la consommation d’électricité pour un logement ancien. La majorité a, quant à elle, évalué la hausse à 3€ par foyer. Cette taxe locale s’élevait avant ce votre à 8%.

differents-prets-aides-travaux

Un nouveau prêt pour rénover les logements


differents-prets-aides-travaux

Afin de permettre à tous les ménages d’entreprendre des travaux de rénovation énergétique de leur logement. La création de l’avance mutation fait suite à la publication de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 18 août 2015.

Un nouveau prêt pour remplacer le prêt viager hypothécaire

Le prêt avance mutation est un prêt immobilier fonctionnant sur le même principe que le prêt viager hypothécaire qui a été créé en 2006 pour les propriétaires d’un bien immobilier qui ne peuvent bénéficier d’un prêt auprès des établissements financiers classiques tels que les banques ou les organismes de tiers financement en raison de leur âge avancé, de leurs faibles revenus et de leur état de santé.

Les bénéficiaires du prêt avance mutation

Le prêt avance mutation est octroyé aux propriétaires désirant entreprendre des travaux de rénovation dans le cadre de la loi pour la transition énergétique initiée par l’Etat. Entrent dans cette catégorie les travaux d’accessibilité au logement et les travaux d’économie d’énergie.

Le mode de remboursement du prêt

Le remboursement du prêt avance mutation se fera lorsque le bien hypothéqué sera muté à un tiers dans le cadre d’une vente, d’un démembrement, d’une succession ou d’une donation. Le mode de remboursement des intérêts se fera en fonction du contrat passé entre le souscripteur et l’établissement bancaire.

Les avantages du prêt avance mutation

Le changement de dénomination intervient dans un contexte où le prêt hypothécaire viager n’a pas suscité un réel intérêt de la part des emprunteurs potentiels, huit ans après sa mise en place. Le nouveau prêt est sensé s’adresser à un public plus large et plus jeune.

Le député PS François Brottes estime d’ailleurs que ce nouveau prêt permettrait à des foyers à revenus modestes d’améliorer le confort de leur logement, tout en réduisant leur consommation d’énergie. En outre les travaux entrepris pourraient augmenter la plus-value au bien sous hypothèque.

bouton-devis-gratuit

isolation murs en crépis

Tout sur l’isolation extérieure dans le Val-de-Marne


isolation murs en crépis

Les changements climatiques récurrents sont des phénomènes auxquels les habitants du Val-de-Marne doivent faire face. Et bien souvent, les maisons ne sont pas suffisamment équipées pour lutter contre les intempéries de l’extérieur. Parce que le confort des habitants passe par une maison performante, pensez à réaliser l’isolation extérieure de votre logement dans le Val-de-Marne.

Les raisons de procéder à une isolation extérieure dans le Val-de-Marne

Plusieurs raisons peuvent vous amener à effectuer une isolation extérieure dans votre domicile situé dans le Val-de-Marne :

  • Élimination des pertes de chaleur
  • Meilleur confort thermique
  • Réduction de la facture d’énergie

Des matériaux performants pour une isolation extérieure optimale

De nombreux matériaux isolants sont disponibles pour effectuer votre isolation extérieure :

  • Isolants synthétiques (polystyrène, polyuréthane)
  • Isolants minéraux (laine de roche, laine de verre)
  • ou fibres de bois

Les techniques à utiliser pour réaliser votre isolation extérieure

Selon les parties de votre maison du Val-de-Marne que vous souhaitez isoler, nos experts utiliseront des techniques performantes et résistantes. Que se soit pour l’isolation de vos murs (isolation par enduit hydraulique ou mince, en bardage ou en parement)  ou l’isolation de votre toiture (méthode du détuilage ou du sarking).

Faites appel à une entreprise certifiée RGE

Vos travaux d’isolation extérieure dans le Val-de-Marne doivent être réalisés par des professionnels qualifiés. Vous pouvez également être éligible à des aides financières accordées par l’Etat telles que  l’Éco- Prêt à Taux Zéro ou le crédit d’impôt Transition Énergétique. Ces aides peuvent vous être attribuées selon des conditions précises et sur la constitution d’un dossier complet.

Pour obtenir ces aides, vous devez obligatoirement faire appel à une entreprise certifiée et labellisée RGE.

Acteur labellisé RGE et certifié QUALIBAT, l’AFIH (Agence Française pour l’Isolation de l’Habitat) réalise ses prestations dans le secteur de l’isolation extérieure dans le Val-de-Marne. Les travaux, réalisés avec des matériaux performants et certifiés par l‘ACERMI, vous garantiront des résultats à la hauteur de vos attentes.

bouton-devis-gratuit